Meilleurs archers olympiques de tous les temps: #15 Zhang JuanJuan

31 Mars 2016
World Archery a dressé une liste des meilleurs athlètes olympiques de l'histoire du tir à l'arc depuis Paris 1900 jusqu'à Londres 2012.

À l'approche des Jeux Olympiques 2016 à Rio, nous révélerons chaque semaine un autre ahtlète de notre liste des quinze meilleurs archers olympiques de tous les temps. Cette semaine, c'est au tour de...

#15: Zhang JuanJuan

CNO: Chine

Naissance: 2 janvier 1981, Qingdao, Shandong, Chine

Participations olympiques: 2 (Athènes 2004, Beijing 2008)

Les médailles

Beijing 2008 Jeux Olympiques
Beijing 2008 Jeux Olympiques
Athens 2004 Jeux Olympiques

La citation

“Vos compétences de base doivent être très bonnes, votre mouvement et votre technique, mais je pense que ce qui fait d'un archer un champion c'est ses qualités mentales, et la confiance qu'il transmet, car c'est ce qui lui donne la possibilité de contrôler un match. Vous devez avoir du ‘cœur’ en tant qu'archer et en tant qu'athlète. C'est ce qui fait toute la différence.” – Zhang JuanJuan

La raison

L'une des olympiennes chinoises les plus célèbres, Zhang a commencé le tir à l'arc à l'âge de 14 ans, remportant de nombreuses médailles nationales en junior. Après avoir surmonté une grave maladie de la carte (en anglais ‘target panic’), elle a finalement été appelée en équipe nationale en 2001, à temps pour une victoire par équipe à domicile à l'occasion des Championnats du monde de tir à l'arc de Beijing et un titre individuel lors des Championnats asiatiques.

Sa carrière olympique allait débuter en 2004 à Athènes. Dans l'épreuve individuelle, elle atteignait les huitièmes de finale mais devait s'incliner de quatre points face à la future médailles de bronze Alison Williamson.

Dans l'épreuve par équipe cette année-là, les Chinoises, emmenées par He Ying, affrontait une équipe coréenne dominatrice, mais qui avait quand même lâché quelques mauvaises flèches dans les conditions de chaleur extrême du stade Panthinaikos. Les Chinoises étaient toutes proches des Coréennes. Park Sung-Hyun faisant un 8 à son avant-dernière flèches avait besoin d'un 10 à sa dernière pour l'emporter. Malgré une pression incroyable sur ses épaules, elle y parvenait, et la Chine devait se contenter de l'argent.

En 2008 à Beijing, l'équipe jouant à domicile, les attentes étaient élevées. La Chine avait injecté des milliards dans son programme olympique et construit non pas un, mais deux énormes stades temporaires de tir à l'arc.

Le 10 août, la Chine affrontait une nouvelle fois la Corée en finale de l'épreuve féminine par équipe, et c'était encore Park Sung Hyun qui avait la dernière flèche. Mais cette fois, l'équipe coréenne avait une avance confortable et il ne lui faillait que deux points pour l'emporter. Encore une fois, ce fut un 10 qui donna la victoire à la Corée, 224-215, et une deuxième médaille d'argent par équipe pour Zhang avant de faire son entrée dans la compétition individuelle.

Plus tard, elle dira de Park: “Dans de telles circonstances, elle parvenait encore à toucher le centre? Je l'admire vraiment.”

Il semblait que la compétition individuelle allait suivre le scénario habituel. Avant 2008, les archères coréennes avaient remporté six titres olympiques individuels d'affilée en 24 ans, la plus longue série de victoires aux Jeux tous sports confondus et encore effectif aujourd'hui. Les Coréennes étant toutes les trois qualifiées pour les quarts de finale, un podium 100% coréen était toujours possible.

Mais Zhang avait autre chose en tête. Sa performance avait porté l'équipe tout près de la victoire, et elle était en grande forme.

"Je me sentais vraiment remontée quand j'affrontais les archères coréennes,” disait-elle. “J'avais fait de gros efforts pour rivaliser avec elles. Même si je devais perdre, je voulais au moins les intimider avec ma performance."

Le 14 août 2008, malgré un 27ème rang dans l'épreuve de classement, elle se promenait jusqu'en quart de finale et elle prenait le dessus sur Joo Hyun Jung 106-101, avant de sortir une autre surprise de son chapeau pour battre Yun Ok Hee en demie, 115-109, égalant le record olympique au passage.

Sur un terrain balayé par la pluie, elle retrouvait une nouvelle fois Park Sung Hyun, mais cette fois pour l'or individuel. Park, la championne en titre et l'athlète qui par deux fois déjà, avec ses dernières flèches, s'était dressée sur la route de Zhang vers le titre olympique par équipe.

Poussée par son public, Zhang allait réussir le match de sa vie. Les deux femmes se retrouvaient ex aequo, 101 points chacune après onze flèches, avant la volée décisive. C'est Park qui tirait en premier, balbutiait et marquait un 8. Il y avait une belle ouverture, et le 9 de Zhang s'avérait suffisant. Elle était championne olympique, et avait réussi l'extraordinaire exploit de battre les trois représentantes de l'équipe coréenne sur son chemin vers le titre.

Comment avait-elle fait? S'exprimant en 2015, elle racontait:

“J'avais développé une concentration incroyable, et j'étais totalement immergée dans mon propre esprit. Parfois, je ne pouvais même pas dire vraiment si le match était terminé, car j'étais juste complètement concentrée sur le jeu. Je savais que mes concurrentes étaient très fortes, mais j'étais tout à fait confiante que je pouvais faire mieux que l'adversaire.“

Zhang a pris sa retraite du tir à l'arc en 2010, l'arc qu'elle avait utilisé pour remporter l'or à Beijing maintenant exposé au Musée Olympique à Lausanne, et elle gère aujourd'hui un centre sportir et le programme de développement du tir à l'arc dans sa ville natale de Qingdao. Elle a été brièvement tentée de reprendre son arc pour une émission de jeu télévisé en 2015.

Son extraordinaire victoire de 2008 est un témoignage du pouvoir de la confiance en soi et de la conviction: "J'ai rêvé que je pouvais un jour remporter une médaille d'or. J'étais bien préparée. Ce fut un parcours difficile, mais finalement, je l'ai fait."