Meilleurs archers olympiques de tous les temps: #14 Oh Jin Hyek

7 avril 2016
World Archery a dressé une liste des meilleurs athlètes olympiques de l'histoire du tir à l'arc depuis Paris 1900 jusqu'à Londres 2012.

À l'approche des Jeux Olympiques 2016 à Rio, nous révélerons chaque semaine un autre ahtlète de notre liste des quinze meilleurs archers olympiques de tous les temps. Cette semaine, c'est au tour de…

#14: Oh Jin Hyek

CNO: Corée

Naissance: 15 août 1981, Nonsan, Corée du Sud

Participations olympiques: 1 (Londres 2012)

Les médailles

Londres 2012 Jeux Olympiques
Londres 2012 Jeux Olympiques

La citation

“Était-ce pour moi ou pour la Corée? Je tends à penser que ce fut un moment honorable pour moi et que cela a donné à mon pays beaucoup de prestige national. J'existe parce que la Corée existe, et c'est la Corée qui m'a envoyé aux Jeux. Mais je garde quand même la médaille d'or dans ma maison!” - Oh Jin Hyek

La raison

La domination coréenne dans le monde du tir à l'arc a commencé dans les années '80, et ce qui est d'autant plus étonnant, c'est que jusqu'à Londres en 2012, la nation n'avait encore jamais remporté la médaille d'or individuelle chez les hommes. Les Coréens s'étaient parés à trois reprises de l'argent, mais n'avaient jamais atteint le graal.

Cela allait changer en 2012, quand un archer de 30 ans du nom de Oh Jin Hyek réussissait finalement, à sa toute première victoire majeure en tournoi, ce qui avait échappé si longtemps à l'Association coréenne de tir à l'arc.

Les Coréens n'avaient pas été dominateurs à Londres. Dans la compétition par équipe, et malgré un record du monde dans l'épreuve de classement, ils s'étaient inclinés de cinq points face aux USA en demi-finale, pour finalement remporter le bronze.

Dans la compétition individuelle, Im Dong Hyun s'était retrouvé éliminé en huitième de finale, puis Kim Bubmin avait subi le même sort en quart. Il ne restait plus que Oh pour porter les espoirs coréens, mais il faisait forte impresssion.

“Je pense que je me suis fait justice. Et étonnamment, pas une seule pensée inutile n'est entrée dans ma tête, et j'ai pu me concentrer sur mon propre jeu. Je pense que j'avais la plus grosse confiance en soi de toutes les personnes présentes ce jour-là,” déclarait Oh.

En quart-de-finale, il a balayé le champion en titre Viktor Ruban 7-1, avant une demi-finale difficile face au Chinois Dai Xiaoxiang, dans laquelle il est part deux fois revenu de l'arrière pour s'offrir un tir de barrage. Les deux hommes ont alors fait un 9 dans le tie-break, mais c'est la flèche de Oh qui était légèrement meilleure.

"J'ai vu sa flèche en plein vol, et elle a fait un virage vers la gauche," a-t-il expliqué. "C'était probablement à cause du vent. C'est à ce moment-là je j'ai pensé que j'allais gagné!"

Oh s'est présenté sur le terrain des finales avec le regard sombre de celui qui est déterminé pour son match pour la médaille d'or face au Japonais Takaharu Furukawa.

“Ce qui m'a traversé l'esprit? Il n'y avait que moi, l'entraîneur, et la cible. Ces trois choses, c'était ce sur quoi je pouvais me concentrer. Je pensais que les cris et les acclamations du public ne seraient probablement d'aucune aide,” a-t-il dit.

Oh a fait 9-10-10 à ces deux premières volées pour prendre l'avantage 4-0 après deux sets. Malgré une égalité dans le troisième set, qui portait le score à 5-1, la menace Furukawa s'évaporait, et Oh remportait le quatrième, 28-25, pour s'adjuger l'or si précieux.

Parcours incroyable que celui de l'homme de Nonsan, qui a fait ses premières armes dans l'équipe nationale en 2009.

"Quand j'étais plus jeune, je m'imaginais être un médaillé d'or aux Jeux Olympiques. Mais alors que le temps passait, mes résultats n'étaient pas assez bons pour aller aux Jeux. Ce fut un long chemin pour arriver à ce moment. Je voulais n'avoir aucun regret. J'ai tiré chaque flèche comme si c'était la dernière. Je ne m'attendais pas du tout à cela. Je suis très, très surpris. J'avais l'impression de voler quand j'étais là-bas.”

“Si j'avais perdu, je n'aurais sûrement pas été déçu, car mon rêve c'était de participer, pas de gagner l'or. Ce n'était pas un poids. Il n'y avait jamais eu de médailles d'or remportée par les Coréens dans les matches individuels, alors je ne me faisais pas non plus beaucoup d'illusions.”

Oh est bien connu pour sa technique de tir non conventionnelle, qui convient bien à sa carure particulière. Il l'avait expliqué en détails sur Archery TV en 2015.

Il a fait partie de l'équipe coréenne chaque année depuis 2012, après quoi il s'est lancé dans une domination de presque deux ans, remportant deux médailles d'argent individuelles en championnats du monde et une foule de médailles d'or par équipe et podiums en Coupe du Monde dans ce laps de temps. En 2014, il a remporté l'or individuel à domicile à l'occasion des Jeux asiatiques d'Incheon.

Interrogé plus tôt cette année par la télévision coréenne, il a envisagé la possibilité de prendre sa retraite sportive après Rio.

“Je ne sais vraiment pas quand j'arrêterai. Cela pourrait être annoncé brutalement demain, ou bien je pourrais être en mesure de continuer comme athlètes pendant encore bien longtemps. En ce moment, le tournoi de qualification pour l'équipe nationale est ma priorité. Comme je pense de chaque instant comme pouvant être le dernier, j'essaie de faire chaque chose sans regret.“

“Mais je me sens confiant pour Rio. Sur 10? Je me donne 9. Le 10 est tentant, mais je penche plus vers le 9. Ce sont les autres archers et les entraîneurs qui rempliront le dernier 1 restant!”

Athletes