Meilleurs archers olympiques de tous les temps: #12 Sebastien Flute

21 avril 2016
World Archery a dressé une liste des meilleurs athlètes olympiques de l'histoire du tir à l'arc depuis Paris 1900 jusqu'à Londres 2012.

Photos avec la permission de JD Gitton/FFTA

À l'approche des Jeux Olympiques 2016 à Rio, nous révélerons chaque semaine un autre ahtlète de notre liste des quinze meilleurs archers olympiques de tous les temps. Cette semaine, c'est au tour de…

#12: Sebastien Flute

CNO: France

Naissance: 25 mars 1972, Brest, Finistère, France 

Participations olympiques: 3 (Barcelone 1992, Atlanta 1996, Sydney 2000)

Les médailles

Barcelone 1992 Jeux Olympiques

La citation

“La magie des Jeux Olympiques c'est ce qui me fait me lever le matin pour aller au terrain d'entraînement.” - Sebastien Flute

La raison

Le titre olympique individuel de Sebastien Flute aux Jeux de Barcelone en 1992 reste comme le plus grand triomphe olympique du tir à l'arc français dans l'ère  moderne. Tout juste âgé de 20 ans, Flute avait déjà remporté les championnats du monde de tir à l'arc en salle en 1991, puis le titre européen en plein air en 1992.

À Barcelone, Flute s'était classé 14e de l'épreuve de classement. Le 3 août 1992, il commença une journée historique en battant le Coréen Im Hui Sik, 107-102.

Suivirent des victoires faciles face à un autre Coréen, Han Seung Hoon, et au Finlandais Jari Lipponen, avant une bataille bien plus rude contre le Norvégien Martinius Grov of Norway, match finalement remporté de trois points. 

En finale, il avait pour adversaire le dernier Coréen encore en lice, Chung Jae Hun, qui avait pris le premier rang de l'épreuve de classement (et qui allait remporter un titre individuel aux championnats du monde presque 13 ans plus tard).

Alors que les scores étaient serrés après neuf flèches sur les douze qu'en comptait le match, Flute a calmement réussi un 10, 9 et 10 à ses trois derniers tirs pour décrocher l'or.

Il est ainsi devenu champion olympique en battant les trois représentants de l'équipe coréenne au passage, un exploit que la Chinoise Zhang Juan Juan a réitéré en 2008.

À ce jour, il reste le dernier archer gaucher à être monté sur un podium olympique.

Et pour retourner un peu plus le couteau dans la plaie, le jour suivant Flute et l'équipe de France masculine ont éliminé la Corée en quart de finale de la compétition par équipe, la France terminant finalement au pied du podium après une défaite face à la Grande-Bretagne dans le match pour le bronze.

(Huit ans plus tard, à Beijing, la France allait s'adjuger sa seule autre médaille olympique en tir à l'arc grâce au bronze remporté par l'équipe féminine, après avoir battu... la Grande-Bretagne.)

La médaille d'or de Flute a une une énorme influence sur le sport dans son pays natal, avec une hausse de 20% du nombre d'archers inscrits en France l'année suivante.

“Je ne sais pas si l'intérêt national a été renforcé par les puissantes images TV, ou par le fait qu'il n'y avait pas d'épreuve d'athlétisme ce jour-là, et les médias français n'avaient aucun autre sujet sur lequel se concentrer,” dit-il. 

“Tous ces facteurs ont conduit à ce que les deux réseaux principaux de la télévision française ont diffusé en direct mon match pour la médaille d'or. Cela a polarisé l'attention sur le tir à l'arc, et en France, il est maintenant perçu comme un vrai sport et pas seulement comme une activité récréative.”

Après avoir remporté le titre mondiale par équipe en 1993 avec la France, Flute a encore participé aux Jeux d'Atlanta en 1996, mais fut éliminé au premier tour par Martinius Grov, celui qu'il avait battu en demi-finale quatre ans plus tôt.

On se souvient moins de son beau parcours réussi aux Jeux de Sydney en l'an 2000, où il a terminé 8e, éliminé en huitième de finale par le futur médaillé de bronze Wietse van Alten.

“La compétition de Sydney a une place spéciale dans mon cœur,” explique Seb. “Avant Sydney, ça faisait longtemps que je ne tirais pas très bien et j'espérais juste faire un bon résultat avec l'équpie.”

Flute a poursuivi sa carrière professionnelle jusqu'en 2000, mais a pris sa retraite sportive cette année-là pour travailler dans les assurances, et lancer sa propre ligne de produits de tir à l'arc.

Après avoir avoir été commentateur aux Jeux de Beijing, la compétition l'a une nouvelle fois frappé de plein fouet, et en 2009, il a commencé un programme d'entraînement méthodique et rigoureux avec un seul objectif en tête: une médaille à Londres en 2012, déclarant: “Je sais mieux que personne ce qu'il faut faire pour remporter un titre olympique.” 

Malgré un titre national en 2011, le comeback ne s'est pas terminé en conte de fées, puisqu'il n'a pas réussi à se sélectionner en équipe de France pour Londres, et est retombé à la retraite.

Flute joue maintenant un rôle au sein de la fédération nationale de tir à l'arc, et est réupté pour son business dans  l'équipement.

“C'est une belle façon de rester présent dans le sport que j'aime, même si ce n'est plus avec un arc dans les mains... ou du moins beaucoup moins qu'avant,” dit-il.

La victoire de Flute témoigne de la puissance de la discipline mentale et de la conscience de soi. En 2015, il l'expliquait ainsi: “Le tir à l'arc est un sport dans lequel l'esprit est un élément clé, peu importe le niveau... la différence [au sommet], c'est la capacité de l'archer à rester maître de ses émotions, et rester dans le moment présent, pour décocher son tir sans être dérangé par le contexte.”