30 points: Tout ce qui sépare Kuki des Jeux Olympiques

18 avril 2016
Nairobi (KEN)
La dernière archère à avoir représenter le Kenya aux Jeux était Jennifer Mbuta en 1996 à Atlanta.

Photo principale: Getty Images.

Shehzana Anwar, également connu sous le nom de Kuki, a commencé la compétition internationale en 2008. Lors des championnats africains de tir à l'arc qui se sont tenus en janvier dernier à Windhoek, en Namibie, elle a remporté l'or et un quota individuel pour le Kenya pour les Jeux Olympiques de Rio.

Pour faire du rêve olympique une réalité, elle doit réussir, avant le 11 juillet et à l'occasion de n'importe quel tournoi enregistré auprès de World Archery, le score minimum de qualifcation (SMQ) requis pour Rio, soit 600 points sur 720 pour les femmes.

Si à cette date, ni Kuki, ni aucune autre archère d'arc classique kenyane n'a atteint ce score, la nation perdra sa place qui sera récupérée par le premier pays sur la liste d'attente.

Kuki reste confiante, cependant.

“Mon score moyen pour l'épreuve 720 est de 570,” dit-elle. “Je ne suis pas très loin, et avec une juste quantité d'aide professionnelle et d'entraînement, Je devrais être capable d'y arriver.”

Si elle ou l'une de ses coéquipières devait réussir les minimas et aller à Rio, ce serait la première fois depuis 16 ans que le Kenya serait représenté en tir à l'arc. Le dernier olympien kenyan en date fut Dominic Rebelo en 2000.

Actuellement en préparation au club national basé à Nairobi, Kuki avait espéré s'entraîner au centre de tir à l'arc de Madrid et participer à la troisième étape de la Coupe du Monde Hyundai de tir à l'arc à Antalya, mais en raison d'un manque de ressources financières, ce n'est plus à l'ordre du jour actuellement.

Comme deuxième option, le Kenya va plutôt essayer d'élever le niveau de ses tournois nationaux, en en organisant autant que possible avant la date butoir du 11 juillet, afin que Kuki puissent encore avoir plusieurs occasions d'attendre le score dont elle a besoin.

“Nous avons eu recours à l'enregistrement de nos compétitions nationales auprès de World Archery,” explique Kuki. Les conditions de reconnaissance officielle exigent des procédures organisationnelles appropriées, que l'épreuve soient organisée selon les règles de World Archery et que des arbitres soient nommés.

“Chaque compétition sera l'occasion de réaliser ces 600 points.”

Athletes

Member associations