"Rien à perdre" pour Kouassi

4 août 2016
Rio de Janeiro (BRA)
A 36 ans, l'archer ivoirien participe à ses deux Jeux Olympiques après Londres il y a quatre ans.

“A mon âge je n’ai rien à perdre,” explique celui qui a commencé le tir à l’arc sur recommandation de son docteur dans le cadre d’une rééducation suite à un accident et qui n’a depuis plus lâché son arc.

“Je me sens bien, beaucoup mieux que la première fois, j'ai plus d’expérience et suis plus détendu surtout.”

En 2012, René Philippe Kouassi s’était qualifié pour les JO après une victoire-surprise lors du tournoi continental de qualification olympique à Rabat, en marge des Championnats d’Afrique de tir à l’arc desquels il avait remporté le bronze individuel et terminé au pied du podium en double mixte.

L’événement au Maroc était seulement sa deuxième compétition internationale après les Championnats du Monde à Turin en 2011.

René Philippe a ensuite participé à ses deuxièmes mondiaux en 2013 à Belek, Turquie, avant de se parer d’une nouvelle médaille d’or continentale en 2016, cette fois en double mixte.

Cette année, il doit sa présence à Rio au refus de l’Afrique du Sud d’envoyer un archer aux JO. Kouassi était en effet le premier des viennent-ensuite du tournoi continental de qualification olympique 2016 qui s’est tenu Windhoek.

“J’espère faire mieux que la dernière fois au niveau du score et de la place surtout. On va voir ce que ça donne avec l’enjeu des Jeux.”

Kouassi avait terminé 33e de l'épreuve olympique individuelle de Londres.

René Philippe Kouassi se dit en confiance après une bonne saison en France l’année dernière en première division avec le club de Clermont-Ferrand.

Cette année a été un peu différente puisqu’il a tiré pour préparer les qualifications et s’est occupé de sa famille. “J’ai appris la semaine dernière que j’allais être une deuxième fois papa!”

Sa femme est française et sa fille de 5 ans est scolarisée en France. Il passe son temps entre les deux pays, car il a aussi des activités en Côte d’Ivoire. Il vit donc trois quarts de l’année en France et le reste du temps en Côte d’Ivoire.

A Rio, René Philipe a posé ses valises au Village Olympique où il restera jusqu’au 22 juillet. Il y a retrouvé des athlètes rencontrés à Londres surtout dans le taekwondo et l’athlétisme.

“C’est différent de Londres mais c’est bien. J’ai retrouvé différentes équipes nationales, comme les judokas, les athlètes du taekwondo et beaucoup d’athlètes du 100m et 200m, et je connais bien les gens du comité national olympique.

“C’est rassurant de voir les mêmes têtes!”

Kouassi aura l’occasion de visiter un peu Rio après la compétition de tir à l’arc. Il veut surtout profiter de l’environnement et du pays et découvrir la culture.

Il en profitera pour suivre les autres athlètes ivoiriens aux Jeux, surtout le taekwondo un sport qu’il apprécie particulièrement l’ayant pratiqué lui-même. Le basket et l’escrime sont d’autres sports qu’il aime beaucoup et qu’il va suivre également.

L’Ivoirien, qui vient d’un pays où le tir à l’arc n’est pas un sport très populaire, profite de chaque instant mais il sait aussi rester concentré sur l'objectif: “Je veux prendre du plaisir, m’amuser et tirer détendu, et là logiquement ça devrait faire des surprises…”

La compétition de tir à l'arc aux Jeux Olympiques de Rio 2016 débute le 5 août sur le terrain du Sambodrome.