Sophie Dodemont: “Plus performante quand je joue en équipe”

16 juillet 2018
Berlin (GER)
La Française est montée sur son premier podium individuel de Coupe du Monde en 2018 à Salt Lake City.

Après avoir annoncé sa retraite en 2014, Sophie Dodemont a fait son retour sur la scène internationale cette saison, avec deux victoires en double mixte et une troisième place individuelle à la Coupe du Monde Hyundai de tir à l’arc jusqu’ici.

“C’est vrai qu’il y a eu un moment où j’ai eu besoin d’arrêter,” explique la Française de 44 ans sur le pas de tir du Stade olympique de Berlin.

Cette année elle s’est demandée: “Est-ce que je continue le tir à l’arc qui est une vraie passion? Mais si je continue, il faut que je me réentraîne, et si je me réentraîne, c’est pour refaire de la compétition internationale parce que ça va avec.”

L’autre possibilité qui s’offrait à elle était d’arrêter complètement, mais elle n’était semble-t-il pas encore prête pour cela.

L’âge n’est pour l’instant pas un frein puisque le tir à l’arc est un sport qui peut se pratiquer de 7 à 77 ans. Aujourd’hui, Sophie se sent bien physiquement, elle s’est bien préparée, tire avec un arc assez puissant et s’entraîne tous les jours.

“Tant que je peux tirer tous les jours et que je n’ai pas mal partout, ça va,” plaisante-t-elle.

Sophie se voit meilleure archère maintenant, en raison de son âge (rire), de son expérience, de son parcours de vie personnelle et professionnelle. Surtout, elle est revenue car elle en avait vraiment envie, elle a pris cette décision avec l’envie de réussir quelque chose et elle se donne les moyens de réussir.

“Le tir à l’arc reste ma passion, et faire des choses merveilleuses quand on aime ça, c’est chouette!”

Médaillée olympique en 2008 avec l’équipe de France féminine en arc classique, elle apparaît plus en contrôle car elle se dit qu’il n’y a pas de limites. Atteindre la perfection en tir à l’arc est difficile, mais réussir la flèche parfaite est aujourd’hui l’un de ses objectifs.

“Faire une flèche parfaite et la voir arriver sur la croix, c’est cette recherche qui me fait aller tous les jours à l’entraînement et tirer des flèches,” explique Dodemont.

Depuis le début de la saison, la Française s’est montrée très à son aise tant en individuel qu’en double mixte où elle compte deux victoires avec deux partenaires différents, Pierre-Julien Deloche et Sébastien Peineau. Les trois sont en forme et s’entendent très bien, avec une confiance réciproque.

“Que ce soit avec Seb ou PJ, c’est merveilleux,” confirme Sophie. “Quand un (ou une) tire un peu moins bien, l’autre est là pour prendre le relais, et à aucun moment il y a des doutes sur les possibilités de l’autre ou sur la victoire. On ne se pose pas la question si on va perdre, si on va gagner, on tire et puis voilà ça s’enchaîne.”

En 2014, Dodemont et Deloche faisaient déjà la paire et en quatre ans ils ne semblent avoir rien perdu de cette entente qu’ils avaient déjà.

A la question de savoir si elle est une bonne coéquipière, Sophie répond en riant: “C’est difficile à dire, je pense que oui. Après c’est aux autres de le dire, mais je pense que je suis plus performante qu’en individuel, j’arrive vraiment à me donner quand je joue en équipe.”

En 2008, après la médaille olympique avec l’équipe de France en Chine, la question s’était déjà posée d’arrêter ou pas, la réponse lui était venue: ‘Je continue pour me faire plaisir comme j’arrive à me faire plaisir en équipe.’

Cette année, confiance et plaisir sont aussi présents en individuel, et après deux neuvièmes places et un premier podium individuel en Coupe du Monde, le bronze à Salt Lake City en juin, Sophie Dodemont est toute proche d’une qualification pour la Finale de fin de saison en Turquie.

“La qualification pour Samsun on y pense forcément, puisque j’avais fait la Finale à Paris, mais là j’étais l’invitée et je venais juste d’arriver en arc à poulies,” confirme-t-elle. “C’est vrai que faire une Finale, en plus après un arrêt de quatre ans, ça reste dans la tête.”

Mais pour l’instant, l’archère française ne veut pas encore penser à cela et veut se concentrer sur la quatrième et dernière étape de la Coupe du Monde cette semaine.

“Je suis sur chaque compétition pour faire quelque chose d’intéressant et aller le plus loin possible. Si [à Berlin] je passe des tours, après il y aura la Finale, mais pour l’instant c’est d’abord ici.”

La quatrième étape de la Coupe du Monde Hyundai 2018 de tir à l'arc se déroule du 6 au 22 juillet à Berlin, en Allemagne.