Valladont: Le tir en campagne, ou comment se faire plaisir autrement

6 septembre 2018
Cortina (ITA)
Le vice-champion olympique français participe cette semaine aux mondiaux de tir à l'arc en campagne.

Jean-Charles Valladont, médaillé de bronze le week-end dernier aux Européens sur cibles de Legnica, en Pologne, participe cette semaine aux Championnats du Monde de tir à l'arc en campagne 2018 de Cortina, en Italie.

En 2012 à domicile, il était devenu le premier Français champion du monde de tir à l'arc en campagne. Après ce titre dans la station de ski de Val d’Isère, Valladont fut médaillé d'argent en campagne à Zagreb en 2014 et médaillé de bronze à Dublin en 2016.

Il est arrivé à Cortina avec seulement un stage d'une semaine à faire exclusivement du tir en campagne avant les championnats d'Europe, ce qui lui a tout de même permis d'engranger de la confiance avec encore les trois journées d'entraînement précédant les qualifications des mondiaux.

“J'aurais aimé pouvoir en faire plus,” avoue Valladont. “C'est sûr qu'aujourd'hui j'aurais préféré avoir un mois d'entraînement au quotidien sur du field pour pouvoir dire que je vais aller chercher le titre de champion du monde et que je suis intouchable.”

En 2012, il avait passé trois mois à s'entraîner et était donc, selon ses dires, complètement à l'aise. A Dublin quatre ans plus tard, il avait passé seulement deux jours à s'entraîner dans la discipline...

“Dans ces conditions, ce n'est pas pareil. Bien sûr j'ai l'ambition, la qualité de tir et la confiance qui me permettent de jouer pour aller sur le podium. Mais l'adversité est là, et certains ont un niveau supérieur en campagne car ça fait plusieurs mois qu'ils s'y préparent, la différence sera peut-être là.”

Jean-Charles effectue trois changements au niveau de son matériel pour le tir en campagne par rapport au tir sur cible.

Il change tout d'abord de poignée, passant du système Formula à une poignée de type Epic. Avec le premier système, il ne peut pas monter son viseur assez haut pour pouvoir tirer sur des cibles à 10 mètres. Il est ainsi obligé de prendre une poignée qui a une fenêtre plus grande ce qui lui permet de voir correctement son viseur.

En deuxième lieu, il augmente en général de deux à quatre livres la puissance de son arc pour le tir en campagne, en fonction de son état de forme et pour pouvoir gagner un peu de trait sur les différentes cibles, surtout à distances inconnues.

Et enfin, il reste avec son partenaire Easton pour les flèches mais bascule vers des ACE, qui sont d'aussi grande qualité que ses X10 habituelles mais beaucoup plus légères. Selon lui, une flèche qui vole un peu plus vite et est un peu plus légère permet de réduire un petit peu la marge en cas d'erreur de jugement des distances.

Valladont dit n'avoir aucune liste de vérification particulière avant une compétition de tir en campagne. Ce qui est important pour lui c'est de respecter sa séquence de tir de A à Z et les différents points essentiels à aborder.

“Je fais du tir à l'arc. Le principal c'est de tirer sa flèche correctement comme on sait le faire, et après c'est du détail pour devenir performant, en fonction du vent et de la pluie, en fonction des pentes, en haut, en bas, à droite, à gauche,” dit-il.

Pour l'archer tricolore, le règlage de l'arc n'est pas très important, car ce n'est pas l'arc qui va mettre les flèches au milieu, c'est l'archer à 80% avec sa tête et 20% avec ses bras.

“Une fois qu'on a réussi à avoir ses 100%-là pour mettre une flèche au milieu, un arc réglé ou pas réglé, c'est un détail.”

Chacun sait ce qui est performant pour lui avec des mesures standards à respecter, qui sont évolutives en fonctions des archers et de leurs techniques. Le matériel est optimisé en début de saison dans le but de trouver le meilleur réglage par rapport à son tir et ensuite ce n'est plus que des vérifications.

Valladont, lui, règle son arc au mois de janvier pour la saison et ne fait plus que de la vérification pour que ses tirs restent dans les standards qu'il s'est fixés.

L'état d'esprit en lui même ne change pas, quelque soit la discipline, mais le côté psychologique peut varier.

“On vient faire du tir à l'arc, gagner un championnat, ça c'est la même chose. Après on se fait plaisir autrement, il faut rester tout aussi sérieux mais dans une discipline un peu différente qui permet de voir autre chose,” explique le Français.

La discipline du tir en campagne, Jean-Charles l'apprécie particulièrement, car ceux qui participent ne sont pas forcément professionnels, ce sont des gens qui s'entraînent un peu chez eux, et c'est leur championnat de l'année.

“Après douze ans sur le circuit professionnel à 100%, le changement fait du bien: faire de la salle, du field en montagne, dans un parc au milieu d'une ville, c'est sympa et ça permet de voir différentes choses.”

Mais Valladont est toujours sur un championnat du monde pour gagner des médailles. Et en trois participations à des mondiaux en campagne, il en a ramené à chaque fois...

“Je ne suis peut-être pas aussi performant que quand j'ai été champion du monde, car je n'ai pas eu beaucoup de temps pour m'y entraîner, mais ce n'est pas pour autant que ça va m'empêcher de monter sur la boîte!”

Les Championnats du Monde de tir à l'arc en campagne se déroulent du 4 au 9 septembre 2018 à Cortina, en Italie.