L’Iran remporte son premier titre mondial en poulies hommes

1 août 2015
Copenhagen (DEN)
Le vainqueur des Jeux asiatiques Ebadi a ajouté un titre mondial par équipe à sa collection de médaille devant le Parlement danois.

L’équipe iranienne s’est retrouvée menée de deux points dans la première volée du match pour l’or en poulies hommes de Copenhague 2015.

Mais l’Iran a remis le match à égalité dans les deux dernières, faisant deux séries de 57 points et le Canada deux fois 57.

Ex aequo à 226 chacune, les deux équipes se retrouvaient dans un barrage.

Le Canada commençait le tie-break avec un 9, et Esmaeil Ebadi faisait 10 pour l’Iran. Ces deux premières flèches donnaient le ton.

Alors que les Canadiens poursuivaient avec 10-10, aucun des deux coéquipiers d’Ebadi ne manquaient le centre non plus.

Ebadi, Amir Kazempour and Majid Gheidi remportaient le barrage grâce à cette volée parfaite de 30 points, contre 29 à leurs adversaires, pour offrir à leur pays le premier titre mondial de son histoire.

Pilier de l’équipe iranienne, Ebadi, a déclaré qu’ils étaient confiants pour un podium avant l’événement.

“Avant de venir ici, on était persuadés de pouvoir gagner une médaille, mais on ne s’attendait pas à l’or,” expliquait-il. “Après notre victoire contre la Colombie, on a commencé à croire qu’arriver en finale était possible.”

Tête de série numéro 9 du tournoi, l’Iran avait battu le Venezuela avant la Colombie, puis l’Italie en demi-finale. L’équipe adverse en finale comptait dans ses rangs deux anciens champions du monde individuels, Dietmar Trillus et Christopher Perkins.

Cette victoire marque un moment crucial dans l’histoire du tir à l’arc de la nation.

L’Iran avait déjà remporté des titres mondiaux en tir à l’arc handisport grâce à la championne paralympique Zahra Nemati et Ebrahim Ranjbarkivaj, mais jamais une médaille d’or à des championnats du monde en plein air.

Esmaeil Ebadi avait remporté les Jeux asiatiques en 2014 à Incheon et avait mené son équipe vers une médaille d’argent à l’occasion de la première étape de la Coupe du Monde 2015 à Shanghai. Avec ce résultat, sa collection de médaille est complète selon lui.

Les Iraniens succèdent au palmarès à la nation hôte des mondiaux de cette année.

Les Danois Martin Damsbo, Stephan Hansen et Patrick Laursen

avaient en effet remporté les Championnats du Monde de Tir à l’Arc 2013 à Belek, sur les rives de la Méditerranée.

À Copenhague, les Danois étaient considérés comme les favoris à leur propre succession. En effet, lors des deux premières étapes de Coupe du Monde de la Saison, à Shanghai puis Antalya, le trio de Vikings avait remporté l’or puis l’argent.

Qualifiés en sixième position, les Danois n’avaient eu aucun mal à se défaire du Salvador de six points, puis de l’Inde de huit. Mais en demi-finale le match leur avait échappé, leurs adversaires canadiens réussissant le meilleur score de la journée dans des conditions difficiles.

Le Canada avait ainsi remporté le match 231-227 et empêché l’équipe danoise d’avoir la possibilité de défendre leur titre.

Ce n’était sans doute pas la finale qu’ils souhaitaient, mais Damsbo, Hansen et Laursen se retrouvaient quand même sur le terrain devant leur propre Parlement pour le bronze face à l’Italie.

“C’était un sentiment génial de se retrouver à tirer ici, chez nous,” déclarait Martin Damsbo. “Avant le début de la semaine, on voulait vraiment venir ici.”

Les Danois n’ont pas déçu.

Une salve d’ouverture de 59 points sur les 60 possibles à leurs six premières flèches a permis à l’équipe locale de prendre deux points d’avance bruyamment salués par une foule en délire.

Un 8 dans la seconde volée a été le mauvais point du match pour l’équipe des rouges, mais l’Italie n’allait jamais se retrouver mieux qu’un point derrière pour toute la durée de la partie. Après le match, Laursen a dit avoir des problèmes avec le soleil dans ses yeux.

Avec trois points d’avance à l’entame de la dernière volée, le Danemark a n’a mis que deux flèches hors du 10, ne laissant à l’Italie aucune chance de revenir.

Score final: 223-231 en faveur de la nation hôte.

“Avec ce public, les bénévoles et tous les spectateurs, c’est une expérience incroyable,” selon Damsbo.

Lui et Stephan Hansen n’ont manqué le 10 qu’une fois chacun en huit flèches, de bon augure pour la finale individuelle pour le titre d’Hansen plus tard dans la journée.