7 choses à retenir des finales masculines par équipes à Rio 2016

6 août 2016
Rio de Janeiro (BRA)
Tour d'horizon des faits marquants à l'issue des matches par équipes en arc classique hommes aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

Remerciements: Traduction par Christian Deligant

Les points à retenir pour les finales par équipes hommes aux Jeux Olympiques de Rio.

Le jour suivant la Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Rio a consigné sa première médaille.

L’équipe masculine coréenne a réussi un sans-faute, ne concédant aucun set sur les trois duels jusqu’à leur médaille d’or contre une équipe américaine pourtant remarquable. En se parant de bronze, les Australiens ont eux assuré la première médaille des Jeux de Rio 2016 à leur nation, mais aussi leur premier podium par équipe en tir à l’arc.

A suivre sept moments à retenir des éliminatoires et finales masculines par équipe de ce samedi à Rio…

1. Invincibles

Trois duels, trois fois 6-0. C’était le parcours idéal de l’équipe masculine coréenne pour cette première journée de médailles aux Jeux de Rio 2016. La Corée a gagné ses deux premiers matches, en ne faisant qu’une bouchée de la Hollande et de l’Australie, pour gagner son ticket pour le duel final.

“Ce sont trois très bons archers et ils travaillent très bien ensemble, en plus ils font très peu d’erreurs,” a déclaré l’archer néerlandais Rick van der Ven.

Encore plus forts en finale pour l’or, Kim Woojin, Lee Seungyun et Ku Bonchan n’ont laissé aucune chance aux États-Unis malgré une performance de très haut niveau de ces derniers. Un premier set avec six 10 ont offert les deux premiers points de set aux Coréens, avant qu’ils ne terminent avec style par 58 et 59.

“La Corée a tiré proche de la perfection, c’était très dur de les battre,” a souligné Brady Ellison.

Jake Kaminski a ajouté que si le système de points avaient été le même qu’aux derniers Jeux (cumul des scores), les Coréens auraient très probablement établi un nouveau record du monde.

2. Trois petits sets

Outre la performance des Coréens, deux autres duels se sont joués en trois sets seulement aujourd’hui sur le terrain du Sambodrome.

Les Chinois ont éliminé les champions olympiques en titre italiens par 6-0, mais ont ensuite dû rendre les armes devant les archers américains en demi-finale, sur le même score.

3. la révérence

Les trois archers des États-Unis ont salué leurs adversaires coréens par une révérence après avoir perdu le match pour la médaille d’or. Un moment intense et une marque de respect entre les deux meilleures équipes masculines de tir à l’arc à Rio.

“Faire la révérence fait partie de leur culture: ils s’inclinent comme nous on serre la main,” explique Jake Kaminski. “On a beaucoup de respect pour eux et ils feraient la même chose pour nous.”

“Nous avons appris beaucoup de choses sur leur culture car notre entraîneur national est coréen,” ajoute-t-il, en parlant du coach des USA Ki Sik Lee.

4. Le secret

Sjef van den Berg, quatrième après les qualifications ici à Rio et membre de l’équipe hollandaise qui s’est inclinée face aux Coréens en quart de finale, pense connaître la raison du succès coréen:

“Leur programme jeunesse est mieux structuré que le nôtre et ils commencent à tirer à l’arc très jeunes, ils sont ensuite très bien suivis. Je suis convaincu c’est ça qui fait toute la différence.”

5. Première médaille par équipe

L’Australie avait deux médailles olympiques en tir à l’arc à son palmarès en arrivant à Rio – et toutes deux avaient été décrochées en individuel. La première par Simon Fairweather avec l’or aux Jeux de Sidney 2000, sur ses terres, la deuxième en bronze grâce à Tim Cuddihy à Athènes, quatre ans après.

Alec Potts, Taylor Worth et Ryan Tyack ont donc écrit un nouveau chapitre dans l’histoire du tir à l’arc australien par équipe en battant à Rio 2016 l’équipe chinoise pour remporter la médaille de bronze au Sambodrome.

L’Australie a aussi débloqué son compteur de médailles à ces Jeux.

6. Défaite prématurée

Deux flèches dans le 10… c’est tout ce que l’Italie a réussi en quart de finales.

“On a eu beaucoup de flèches sur la gauche. Les Chinois ont trouvé le jaune, pas nous,” a commenté Marco Galiazzo, médaillé d’or par équipe à Londres en 2012.

Ce fut la surprise du jour de voir les champions olympiques en titre italiens, troisièmes des qualifications, tomber en trois sets.

“Je suppose que ce n’était pas un bon jour pour nous,” a-t-il ajouté. Mais Galiazzo, qui a aussi gagné un titre olympique en individuel à Athènes en 2004, préfère regarder devant: “Ce n’est pas encore fini. Nous avons encore les matches individuels et on va se battre jusqu’au bout.”

7. Vaillants mais battus

L’équipe brésilienne était très attendue avec impatience par leur sympathique public du Sambodrome pour les duels masculins par équipes.

duels masculins par équipes.

Sur la route des JO de Rio, les attentes étaient fortes pour le jeune Marcus D’Almeida, 18 ans, médaillé d’argent aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014 et à la Finale de la Coupe du Monde à Lausanne en 2014.

Malheureusement, la première marche pour l’équipe onzième des qualifications à Rio était trop haute: l’équipe chinoise, troisième mondiale et tête de série No 4, l’a emporté 6-2.

“C’est la première fois que nous sommes au Jeux, notre premier contact avec le terrain des finales nous a un peu effrayés, et c’est ce qui est arrivé,” a confié D’Almeida.

En regardant en direction de la compétition individuelle, le jeune brésilien d’ajouter: “Cela nous a aidé car c’est une bonne expérience. Maintenant nous savons à quoi nous attendre pour les duels individuels. Nous sommes bien.”