Demande-moi ce que tu veux: Ki Bo Bae et Chang Hye Jin

6 septembre 2017
Rome (ITA)
Voici ce qui s’est passé lorsque les championnes olympiques des Jeux de Londres 2012 et de Rio 2016 se sont posé des questions l’une à l’autre.

Traduction par Alexane Scelles.

Les deux plus récentes championnes olympiques de tir à l’arc étaient à Rome pour participer à la Finale de la Coupe du Monde Hyundai de tir à l’arc 2017.

Sachant que Ki Bo Bae et Chang Hye Jin sont aussi amies en dehors du pas de tir, nous nous sommes donc dit que nous pourrions vérifier à quel point elles se connaissent.

En utilisant notre nouvelle méthode de questions aléatoires, voici ce qu’elles nous ont répondu…

Chang Hye Jin: À quoi pensais-tu que Rome allait ressembler?

Ki Bo Bae: J’étais vraiment impatiente et j’avais hâte de venir ici. Je sais à quel point l’histoire de Rome est riche. On dirait que les statues [ici dans le Stadio de Marmi] font toutes des sports différents!

Ki: Si tu avais pu être médaillée d’or olympique dans n’importe-quel autre sport, lequel est-ce que ça aurait été et pourquoi? 

Chang: C’est une question difficile… Je pense que j’aurais fait de l’athlétisme, même si je n’aurais probablement jamais eu de chance de médaille. À l’école primaire, avant de commencer le tir à l’arc, j’étais plutôt bonne sur 100 mètres.

Je ne vous dirai pas combien de temps je mets pour courir le 100m maintenant, mais à cette époque, disons juste que j’étais plutôt rapide! [rires]

Chang: Quelle est la demande la plus embarrassante qu’on t’ait faite? 

Ki: Alors, beaucoup d’hommes coréens me demandent si je veux me marier avec eux. Beaucoup, beaucoup de fois. [rires] “S’il-te-plaît, épouse-moi!” [rires]

Ki: Quel est le meilleur conseil qu’on t’ait donné? 

Chang: Ne te concentre pas seulement sur le résultat. Tu dois aussi savoir combien tu as progressé. Plutôt que de te concentrer sur tes résultats, si tu penses au processus, que tu travailles dur et que tu fais tout ce que tu peux à l’entraînement, les résultats vont suivre. Quand on me l’a dit, j’ai trouvé ça vraiment utile.

Chang: Où voudrais-tu aller à la fin de la saison? 

Ki: Paris! EDepuis que je suis petite, j’ai toujours voulu aller à Paris, en France. J’adorerais aller là-bas et profiter de super vacances.

Ki: Ferais-tu un bon entraîneur? 

Chang: Non. Vraiment, non. Non. Je n’ai jamais pensé que je ferais un bon entraîneur. Je ne suis pas douée pour expliquer la technique ou le geste du tir à l’arc. Je ne pense pas que je serais capable de bien transmettre les choses à mes archers.

Chang: A part ceux lors desquels tu as gagné tes médailles olympiques, quel est le match que tu as préféré jouer? 

Ki: Pendant ma troisième année au collège, je suis allée au Youth National Sports Festival [Festival national des sports pour la jeunesse], et mes parents sont venus m’encourager. J’ai fini par remporter la médaille d’or. C’est mon meilleur souvenir.

Ki: Quels sont les premiers Jeux Olympiques que tu ais vus à la télévision et de quoi te souviens-tu? 

Chang: Lors des Jeux Olympiques de Beijing en 2008, je me souviens avoir vu le match pour la médaille individuelle de Park Kyung-Mo.

Chang: Tu as vécu un moment difficile à Shangaï cette année. Comment passes-tu par-dessus cela? 

Ki: L’un de mes points forts c’est que je suis capable d’oublier rapidement les mauvais tirs et me préparer pour la flèche suivante. Dans les moments difficiles, je me concentre sur ce que je fais bien et j’oublie les choses négatives.

Ki: Quelle est la dernière chose que tu te dis juste avant de commencer une finale?

Chang: Plus que juste avant la finale, c’est en fait plutôt avant même le début de la compétition que je me dis, “tire sans aucun regret, et avec confiance”.

Chang: Parle-nous d’un match que tu regrettes vraiment.

Ki: Pendant les Jeux Olympiques de Rio, avoir perdu à papier, caillou, ciseaux contre Hye Jin. [éclats de rire]

Ki:  Quelle est la chose la plus embarrassante que tu aimes regarder à la télévision? 

Chang: Je ne regarde pas tellement la télévision. Je pense que je suis le plus embarrassée quand quelqu’un me montre une célébrité et que je ne sais pas du tout de qui il s'agit. D'autres personnes m'expliquent et des ‘ha ha ha’ s'ensuivent.

Chang: Qu’est-ce qui te tient éveillée avant un grand match?

Ki: Lors de mes premiers Jeux Olympiques, la nuit avant le dernier jour de mes matches individuels, je me souviens ne pas arriver à m’endormir. À quoi est-ce que je pensais? “Est-ce que j’arriverai à être à l’aise pour tirer?”

Ki: Comment étaient tes débuts dans l’équipe nationale?

Chang: J’ai fini par comprendre que je devais devenir membre de l’équipe nationale même si j’étais plus âgée. Quand je me suis qualifiée la première fois, j’ai pensé, “Oh, alors c’est ça de faire partie de l’équipe nationale.” Je suppose que j’étais simplement très heureuse.

Chang: A quoi est-ce que tu t’attendais en venant à Rome?

Ki: J’ai pensé que je ne devais pas obligatoirement gagner la médaille d’or, mais que j’adorerais être sur le podium.

Ki: Qu’est-ce que tu penses de moi? 

Chang: Ça fait longtemps que je partage une chambre avec Bo Bae pour les compétitions. Je pense qu’il y a beaucoup à apprendre d’elle. Je pense que je comprends vraiment pourquoi elle est devenue championne olympique.

Chang: Dis-nous un de tes secrets d’entraînement?

Ki: Tire juste une flèche de plus que tous les autres.

Ki: Enfin, qui passe le plus de temps dans la salle de bain, toi ou moi? 

Hye Jin: [Après avoir toutes les deux beaucoup ri] C’est vraiment difficile de comparer parce qu’il n’y a pas grande différence entre nous deux. Parfois, Bo Bae va y rester plus longtemps… parfois, c’est moi. Je suppose qu’on est à égalité.

Mais ce qui est drôle c’est que, en comparaison avec n’importe-qui d’autre, on passe toutes les deux beaucoup de temps dans la salle de bain!

Remerciements à Jae Kyung Lee et Vanessa Lee pour les traductions.

Sponsored
Sponsored