Un podium européen est réalisable selon le Français Chirault, 20 ans

2 juillet 2018
Thomas a rejoint l'équipe de France au début de la saison 2017.

À 20 ans, Thomas Chirault est sans doute à mi-chemin d'une saison qui le voit éclore vraiment au plus haut niveau.​ 

L'actuel numéro 10 mondial chez les hommes en arc classique a décroché son premier podium individuel sur le circuit de la Coupe du Monde Hyundai de tir à l'arc à Salt Lake City, USA, où il a également remporté remporté le Prix Longines de la Précision pour avoir tiré le plus grand nombre de 10 durant l'étape.

“Je pense que cette année je suis plus régulier à un niveau plus élevé en qualification et en match,” a-t-il expliqué.

Actuellement cinquième du classement de la Coupe du Monde avec une seule halte encore au calendrier de la tournée annuelle, Chirault est tout proche d'une première qualification pour la Finale du tour. Il réussit en moyenne un demi-point de plus par flèche qu'en 2017 et a battu son record personnel pour l'épreuve de classement avec 670/720 points, tout près de ce qu'il atteint d'habitude à l'entraînement.

“Je suis encore un peu en dessous en compétition mais ça se rapproche de plus en plus de ce que j’arrive à faire à l’entraînement; en match c'est à peu près pareil,” le jeune Thomas d'ajouter.

C'est un grand saut au niveau mental par rapport à Antalya en 2017, quand l'archer français s'était pour la première fois retrouvé seul dans l'arène des finales, et s'était incliné pour la médaille de bronze face à l'Italien David Pasqualucci.

“Je n’ai pas les mots pour décrire ce qu’on ressent [dans une finale], mais c’est exactement pour ça qu’on s’entraîne tous les jours, c’est pour ça que je m’entraîne tous les jours,” dit-il. “J’ai juste envie de revivre ça plein de fois, parce que c’est juste exceptionnel.”

Avec un premier podium à son actif, les résultats de Chirault en tournoi semblent rapidement rattraper le niveau de tir démontré à l'entraînement. Un podium en Finale de la Coupe du Monde Hyundai ou aux Championnats d'Europe cette année est bien à la portée du jeune Français.

“Je pense que c’est complètement réalisable.”

Affaire à suivre.