Cinq tactiques d'approche avant d'entrer dans l'arène de tir à l'arc

25 octobre 2015
Mexico City (MEX)
Découvrez comment les athlètes en compétition à Mexico 2015 se sont préparés à entrer dans le stade du Zócalo, avec ses quelques 4500 spectateurs bruyants.

La Finale de la Coupe du Monde de tir à l'arc rassemble les 32 meilleurs archers de la saison. C'est une vitrine de ce que les meilleurs archers peuvent offrir à un public venu en nombre.

En plein centre historique de Mexico, la Finale de la Coupe du Monde de tir à l'arc 2015 présente une arène d'une capacité de 4500 sièges sur la place centrale Zòcalo. C'est le plus grand stade de tir à l'arc depuis les Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Tirer dans un environnement avec une telle pression est une tâche ardue, même pour les pros. Ceux-ci ont révélé comment ils s'étaient préparés pour cela...

1. Il n'y a que toi

Représentante du pays organisateur dans la compétition féminine d'arc classique, Alejandra Valencia conseille d'essayer de rester déconnecté de tout se qui se passe autour. Elle va juste essayer de rester concentrée sur sa manière de tirer.

“Il faut bien respirer profondément et te concentrer sur ce que tu fais," explique l'archère mexicaine. “Imagine qu'il y n'y a que toi, ton arc, ta flèche et la cible. Rien d'autre ne compte.”

2. Visualise chaque aspect

À sa première apparition dans une Finale de la Coupe du Monde de tir à l'arc, l'archer américain Collin Klimitchek n'avoir probablement pas autant d'expérience que beaucoup d'autres. Mais pour lui, tout est dans la préparation mentale.

“Visualise absolument tout, de ton entrée sur le terrain, la mise en place de ton arc à travers tout le match. Prépare-toi à la pression que tu pourrais ressentir et quelle sera ta réaction,” dit-il.

Des mots de sagesse de la bouche du plus jeune compétiteur à Mexico avec Choi Misun, tous deux 19 ans.

De quatre ans son aîné mais déjà double champion du monde, il a gagné les mondiaux seniors à Turin en 2011 et a réitéré cette année à Copenhague, le Coréen Kim Woojin est d'accord, confirmant qu'il avait beaucoup travaillé sur l'entraînement mental.

“Imagine l'endroit, comment ça sera de tirer là. Imagine comment tu vas célébrer si tu gagnes. Le contrôle de l'esprit est important quand on veut atteindre ses objectifs,” explique-t-il.

3. Garde une routine SIMPLE 

“Intègre une routine et garde les choses simples dans ton esprit,” conseille la tête de série numéro 1 Misun.

Selon la Coréenne, qui est déjà numéro une mondiale et meilleure athlète en Coupe du Monde pour sa première saison au niveau international, imaginer la compétition a fait partie de son entraînement.

“Reste concentré sur ton tir, sur pourquoi tu tires cet arc.”

Crystal Gauvin, 31 ans mais seulement à sa deuxième année sur le circuit de Coupe du Monde, est d'accord: “Continue à faire ce que tu as fais jusqu'ici, quelque soit ce qui t'a amené à ce point-là. Ne change rien!” 

4. Souvenirs, souvenirs

Demir Elmaagacli a gagné le titre en arc à poulies masculin à Mexico. (Son premier podium majeur.) Il révèle qu'il s'est remémoré chaque match qu'il a tiré, tous les archers qu'il a affrontés. Cela l'a aidé à garder son calme.

“Va sur le pas de tir, jette un coup d'oeil autour de toi et ensuite essaie de ne te soucier de rien. Il n'y a que toi là-dehors, rien d'autre ne compte,” ajoute-t-il.

5. Sois le meilleur!

“Tous les athlètes doivent faire attention, je suis le meilleur en compétition. C'est le seul secret, vous savez,” plaisante le Coréen Kim Woojin, en riant.

Aucun doute, le double champion du monde est à Mexico pour gagner et il est l'immense favori.