Meilleurs archers olympiques de tous les temps: #6 Marco Galiazzo

2 juin 2016
World Archery a dressé une liste des meilleurs athlètes olympiques de l'histoire du tir à l'arc depuis Paris 1900 jusqu'à Londres 2012.

À l'approche des Jeux Olympiques 2016 à Rio, nous révélerons chaque semaine un autre ahtlète de notre liste des quinze meilleurs archers olympiques de tous les temps. Cette semaine, c'est au tour de…

#6: MARCO GALIAZZO

CNO: Italie

Naissance: 7 mai 1983, Padoue, Italie

Participations olympiques: 3 (Athènes 2004, Beijing 2008, Londres 2012)

Les médailles

Athènes 2004 Jeux Olympiques
Beijing 2008 Jeux Olympiques
Londres 2012 Jeux Olympiques

la citation

“Je cherche toujours à gagner, peu importe le genre de jeu.” – Marco Galiazzo.

La raison

Archer olympique italien le plus décoré de l'ère moderne, Marco Galiazzo a surpris le monde en remportant l'or individuel à ses premier Jeux Olympiques, alors âgé de 21 ans.

C'était la première médaille d'or pour l'Italie en tir à l'arc aux Jeux, qui marquait seulement le début d'un incroyable parcours pour le natif de Padoue, piqué par le virus de la compétition à la naissance.

“Quand j'étais enfant, je pensais que je devais gagner chaque compétition à laquelle je participais,” admet Galiazzo. “Mon père a suivi et m'a aidé tout au long de ma carrière. Il m'a toujours répété d'être à mon meilleur en compétition, et de ne rien céder à mes adversaires. Mais j'ai fait beaucoup de sacrifices à l'adolescence: pas de vacances, pas de fêtes avec des amis.” 

Athènes 2004 furent les premiers Jeux Olympiques pour Galiazzo. Après avoir dominé dans les premiers tours, Marco a eu une réplique bien plus difficile face à Vic Wunderle en quart de finale, se faufilait par juste un point d'écart. Il a ensuite pris le meilleur sur le Britannique Larry Godfrey, 110-108, en demi-finale, pour affronter un autre surprenant finaliste pour le titre: Hiroshi Yamamoto

Se remémorant Athènes cette année, il dit: “Je me souvient de chaque instant de ce dernier match. Quand je suis entré dans le stade, je me suis dit à moi-même de bien tirer. Je me réjouissais de terminer le match pour pouvoir me reposer! Mais ce jour-là, j'étais certain de ce que je pouvais réaliser.”

Grâce à une paire de 10 à la première volée, l'archer japonais prenait un point d'avance, mais Galiazzo faisait 29 contre 27 pour Yamamoto à la deuxième pour renverser le score. Il réussissait deux autres 10 à la troisième, faisant passer son avantage à deux points juste avant l'entame de la dernière volée, et parvenait à garder son avance sur les trois dernières flèches.

L'or pour Marco.

“Si je ne l'avais pas emporté? J'aurais gagné l'argent et j'aurais été très heureux de toute façon, puisque c'était mes premiers Jeux,” dit-il. “À la fin, je savais que j'avais fait de mon mieux, alors même si j'avais perdu, je n'aurais eu aucun regret.”

La vie de Galiazzo a rapidement changé: “Immédiatement après Athènes, j'ai donné des dizaines d'interviews et j'ai assisté à de nombreuses cérémonies de remises de prix. Mais en tant qu'athlète, je suis resté le même qu'avant.”

Comme son compatriote aussi athlète olympique de tir à l'arc Michele Frangilli, Galiazzo a rejoint l'armée de l'air, ce qui lui a permis de s'entraîner à plein temps.

“Faire partie de l'équipe de sport de la force aérienne italienne est un privilège pour moi, car je suis paysé pour pratiquer le sport que j'aime,” dit-il.

Marco était de retour aux affaires pour Beijing 2008. Son parcours individuel s'est terminé au deuxième tour déjà, mais l'équipe italienne composée de Galiazzo, du vétéran Ilario Di Buo et de Mauro Nespoli s'est qualifliée pour la finale. Il y avait égalité au score avant la dernière volée, mais Nespoli allait faire un 7 qui offrait le titre à la Corée, et Galiazzo prenait l'argent par équipe après l'or individuel quatre ans plus tôt.

En 2009, Galiazzo remportait la Finale de la Coupe du Monde de tir à l'arc, et remportait encore un titre majeur début 2012: l'or mondial individuel en salle.

Rendez-vous à Londres. Mais au premier tour, Marco était stoppé par Juan Rene Serrano, qu'il avait pourtant battu dans son parcours individuel gagnant de 2004. L'histoire de l'épreuve par équipe était toute autre.

L'équipe masculine italienne ne s'attendait pas à faire beaucoup de dégâts en 2012, mais elle battait aisément le Chinese Taipei, la Chine et le Mexique, pour s'offrir une finale contre les USA, qui avaient éliminé la Corée dans une démonstration de  tir ahurissante en demi-finale.

Les Italiens ont rapidement pris l'avantage, mais quelques volées imprécises ont remis le trio américain dans la partie. Finalement, la décision s'est faite sur la dernière flèche du match, tirée par Michele Frangilli, qui a offert l'or à l'Italie pour un tout petit point. Et une troisième médaille olympique pour Marco dans trois éditions olympiques consécutives.

Il n'est pas encore certain que Marco soit à Rio, mais l'équipe masculine italienne a prouvé qu'il faut toujours compter sur elle dans les compétitions olympiques.

“J'ai du respect pour tous les athlètes qui ne sont plus tous jeunes et qui participent encore aux compétitions internationales de haut niveau,” dit Galiazzo. “De plus, je veux encore gagner un championnat du monde en plein air! Ce qui me rend différent? Je pense que ma force réside dans mon attitude. Garder mon sang froid et rester calme dans les moments cruciaux, même lors de grands matches internationaux, a fait la différence.”

“C'est important de garder ce comportement après une grande victoire, mais également après de grandes déceptions. La compétence la plus importante qu'un archer puisse développer c'est la concentration.”

Aujourd'hui âgé de 33 ans, Marco considère aussi se reconvertir dans le coaching: “Si un jour la fédération veut m'embaucher comme entraîneur, je serai là.”

Et son meilleur conseil d'entraînement pour les nouveaux archers est simple: “Pratiquez le tir à l'arc avec dévouement”.