Meilleurs archers olympiques de tous les temps: #3 Park Sung-Hyun

23 juin 2016
World Archery a dressé une liste des meilleurs athlètes olympiques de l'histoire du tir à l'arc depuis Paris 1900 jusqu'à Londres 2012.

Une partie des photos avec la permission de Yoshi Komatsu.

À l'approche des Jeux Olympiques 2016 à Rio, nous révélerons chaque semaine un autre ahtlète de notre liste des quinze meilleurs archers olympiques de tous les temps. Cette semaine, c'est au tour de…

#3: PARK SUNG-HYUN

CNO: Corée

Naissance: 1 janvier 1983, Incheon, Corée du Sud

Participations olympiques: 2 (Athènes 2004, Beijing 2008)

Les médailles

Athènes 2004 Jeux Olympiques
Athènes 2004 Jeux Olympiques
Beijing 2008 Jeux Olympiques
Beijing 2008 Jeux Olympiques

La citation

“Les Jeux Olympiques… ce sont les meilleurs souvenirs de ma vie. Même quand je regarde en arrière aujourd'hui, ce sont des moments irrésistibles, excitants et inoubliables.– Park Sung-Hyun

La raison

Park Sung-Hyun est la plus grande archère olympiquedu 21ème siècle. Elle a remporté trois médailles d'or et une d'argent en seulement deux éditions des Jeux, a établi des standards qui restent inégalés à ce jour et a été à une flèche de défendre victorieusement un titre olympique individuel.

Elle a commencé le tir à l'arc à l'âge de 11 ans.

“C'est  mon professeur qui me l'avait suggéré. Je ne connaissais rien au tir à l'arc, mais je me souviens avoir pensé que ça avait l'air amusant et passionnant,” dit-elle. “Je ressens une profonde gratitude envers ce professeur qui a fait de moi qui je suis aujourd'hui.”

A seulement 18 ans, Park remportait les Championnats du monde de tir à l'arc en 2001 à Beijing, puis le titre mondial par équipe deux ans plus tard. Elle était alors déjà reconnue pour sa forme corporelle incroyable et une approche de la compétition froide et intimidante qu'elle garderait tout au long de sa carrière.

“Je pense qu'il est important de svaoir comment se contrôler. Peu importe la qualité de votre posture ou votre timing, vous pouvez tout gâcher à cause d'une seule erreur en raison d'une crispation trop forte ou une trop grande fatigue émotionnelle,” explique-t-elle.

“A chaque tournoi, tous les athlètes deviennent vos adversaires. Mais personnellement, je préfère ne pas penser comme cela. Pendant un match, je pense que la seule personne contre laquelle je me bats c'est moi-même.”

Elle fit ses débuts olympiques en 2004 à Athènes, où elle battait le record du monde de l'épreuve de classement avec 682, un record qui allait perdurer encore 11 ans. Elle remportait ensuite tous ses matches avec au moins 10 points d'écart pour finalement affronter en finale sa compatriote Lee Sung Jin

Malgré un retard de trois points en début de partie, Park parvenait à égaliser avant la dernière flèche. Lee faisait alors un 8, alors que Park réussissait 10. Avec une médaille d'or à la clé pour ses débuts.

“Je ne m'attendais vraiment pas à gagner une médaille d'or. Tout ce à quoi je pensais c'était tous les efforts entrepris pour arriver là, et j'étais tellement soulagée que le match soit fini,” dit-elle. “J'ai enfin été capable de ressentir l'excitation de la victoire, après avoir été assurée que c'était bien terminé!”

L'épreuve par équipe avait lieu deux jours plus tard. Park, Lee et Yun Mi-Jin affrontaient la Chine en finale au Stade panathénaïque.

Les Coréennes devaient réussir 27 points avec leurs trois dernières flèches pour l'emporter, et il revenait à Park de les tirer les trois. Elle faisait un 9, puis ensuite seulement un 8. L'une des athlètes de l'équipe chinoise, Zhang Juan Juan, sembla faire une petite danse de la victoire, comme si elles avaient déjà gagné. Mais Park abattait froidement un 10 à son dernier tir pour assurer la médaille d'or.

“Savez-vous que si j'avais visé le 10, je suis sûre que ne n'aurais pas fait un 10? Je me suis résignée à la volonté divine, et ensuite je me suis calmée,” explique Park.

Dans une interview pour le Korea Times cette même année, alors qu'on lui demandait qui lui avait fait la plus forte  impression, Park avait mentionné Zhang, et avait dit: “J'espère qu'on se reverra à Beijing.”

Ses paroles allaient s'avérer prophétiques.

En 2008 à Beijing, l'équipe de Park, Joo Hyun Jung et Yun Ok Hee se montrait particulièrement dominatrice, battant deux records du monde et éliminant la France avec 29 points d'écart en demi-finale, pour se retrouver une nouvelle fois face à la Chine – toujours avec Zhang Juan Juan dans l'équipe – pour l'or. Encore une fois, Park allait se retrouver avec la dernière flèche dans les mains, mais la menace chinoise était retombée et elle n'avait besoin que d'un 2 pour remporter la victoire. Ce fut un 10 parfait.

Trois médailles d'or, et une quatrième en point de mire. Tête de série No 1 de la compétition individuelle, Park allait tranquillement passer les cinq premiers tours pour se retrouver en finale face à Zhang sous une pluie battante. Mais l'archère chinoise avait déjà battu les deux autres Coréennes sur son parcours, et jouait la partie de sa vie devant une foule bruyante tout acquise à sa cause.

Il y avait égalité 101 points chacune après 11 flèches. Park, qui tirait en premier, laissait filer un 8 sur la cible. Elle laissait une ouverture, dans laquelle Zhang s'engouffrait avec un 9. C'était ‘seulement’ l'argent pour Park.

“En regardant derrière aujourd'hui, j'ai l'impression que j'aurais pu faire mieux,” dit-elle en 2016. “C'était les derniers Jeux de ma vie, et j'étais peut-être trop avide d'obtenir la médaille d'or. J'ai fini par ne plus être assez prudente dans mes actes. Mais je me suis entraînée le plus dur que j'ai pu, et je n'ai pas de regrets.”

En plus de ses médailles olympiques et aux Championnats du monde, Park a remporté l'or individuel et par équipe aux Jeux asiatiques, aux Championnats asiatique, et aux Universiades. En 2004, elle a établi le plus célèbre de ses nombreux records du monde, et qui tient toujours 12 ans après: 1405 points dans l'épreuve 1440. Aucun archer, homme ou femme, n'avait jamais dépassé la marque des 1400 avant cela et ne l'a fait depuis.

(Les 351 points qu'elle a marqués pour la tranche des 36 flèches à 70 m ètres est aussi un record du monde!)

Parc se concentre maintenant sur le coaching.

“Mon rêve en tant qu'archère, c'était de tout gagner au niveau mondial. Mais maintenant que j'ai réalisé mes rêves comme médaillée d'or et leader, mon rêve c'est d'entraîner le futur meilleur archer à conquérir le monde,” dit-elle. “Et comme le tir à l'arc olympique n'est pas encore un sport très connu en Corée, j'aimerais qu'il devienne plus accessible et amusant pour les gens qui s'intéresse à apprendre à tirer.”

Marriée à son compatriote Park Kyung-Mo, lui aussi une légende, elle a trois filles – une équipe.

“Je pense qu'on peut transmettre les gènes,” dit-elle en riant. “Mais j'aimerais surtout qu'elle apprécie le tir à l'arc de manière authentique sans ressentir aucune pression à ce sujet.”

Elle n'a jamais exclu un retrou au sport cependant, et admet timidement: “J'aime toujours beaucoup tirer. Je pourrais envisager de revenir au tir à l'arc professionnel à l'avenir si des gens souhaitent y assister.”

Park a rendu hommage à plusieurs reprises à son entraîneur de longue date, Seo Oh Seok.

“Il m'a appris beaucoup de choses sur la sincérité, l'effort et la façon d'apprécier véritablement le tir à l'arc. Il a consacré toute sa vie au tir à l'arc, et sa passion pour ce sport n'est comparable à aucun athlète aujourd'hui. Il a été la plus grande raison pour laquelle j'ai été en mesure de remporter de l'or. Je reçois encore ses conseils et j'apprends beaucoup de lui,” dit-elle. “Il m'a fait comprendre qu'à la fin l'effort ne vous trahit jamais et que personne d'autre ne peut réussir pour vous à part vous-même.”

Park a terminé en disant modestement: “Vraiment, je ne pense pas être si différente que tous les autres. Je suis certaine que les autres athlètes étaient aussi nerveuses que moi en se préparant pour les Jeux Olympiques. S'il y a eu quelque chose, je pense que j'ai eu plus de chance que les autres.”

“On m'a dit un jour que les médailles d'or olympiques sont données à ceux qui sont les élus du ciel, alors je ne pense pas les avoir reçues moi-même. Donc, j'aime à penser que c'est un cadeau que j'ai reçu en même temps pour mon entraîneur, le staff et ma famille que j'aime.”

Sponsored
Sponsored