Meilleurs archers olympiques de tous les temps: #5 Yun Mi Jin

9 juin 2016
World Archery a dressé une liste des meilleurs athlètes olympiques de l'histoire du tir à l'arc depuis Paris 1900 jusqu'à Londres 2012.

Une partie des photos avec la permission de Yoshi Komatsu.

À l'approche des Jeux Olympiques 2016 à Rio, nous révélerons chaque semaine un autre ahtlète de notre liste des quinze meilleurs archers olympiques de tous les temps. Cette semaine, c'est au tour de…

#5: YUN MI JIN

CNO: Corée

Naissance: 30 avril 1983, Daejeon, Corée du Sud

Participations olympiques: 2 (Sydney 2000, Athènes 2004)

Les médailles

Sydney 2000 Jeux Olympiques
Sydney 2000 Jeux Olympiques
Athènes 2004 Jeux Olympiques

la citation

“Quelle est la compétence la plus importante pour un archer? L'entraînement. La patie la plus importante de ma technique, c'est l'effort.” – Yun Mi Jin.

La raison

Peu d'équipes ont jamais dominé une compétition olympique comme l'équipe féminine coréenne à Sydney 2000.

Aucune autre nation n'est jamais parvenue à faire main basse sur le podium individuel, comme l'ont fait Yun Mi Jin, Kim Nam-Soon and Kim Soo-Nyung, ni même s'approcher d'une telle performance. Il semblait que personne ne pouvait battre une Coréenne, si ce n'est une autre Coréenne.

Tout juste âgée de 18 ans, Yun ne faisait partie de l'équipe nationale que depuis un an quand elle a été sélectionnée pour Sydney.

Et c'est même à contrecœur qu'elle avait fait ses débuts dans le sport. À l'école, Mi Jin était connue comme une ‘Pishiri’, ce qui veut dire à peu de choses près ‘personne somnolente’, et ce surnom lui est resté.

“Oui, c'est bien mon surnom! Un professeur m'avait surnommée Pishiri, car je tombais très souvent et marchais si lentement quand j'étais au collège,” admet-elle volontiers.

“Je n'avais aucun intérêt pour le tir à l'arc, mais j'ai décidé de faire un essai comme moyen de sortir de l'école et passer du temps avec l'une de mes plus proches amies qui voulaient apprendre. Mais mon entraîneur m'a si bien enseigné le tir l'arc que j'ai adoré.”

Mi Jin explique qu'elle n'était pas particulièrement douée pour le sport quand elle a commencé, mais ses réticences initiales ont cependant très vite laissé place à la détermination.

“Certaines personnes ont un talent naturel pour [le tir à l'arc], et d'autres ont besoin d'y mettre beaucoup d'efforts. Je n'ai pas les compétences suffisantes pour être considérée comme une archère “douée”, et ce n'est que par le travail que je parviens à avancer, et donc l'entraînement était pour moi absolument nécessaire,” dit-elle.

Yun s'est rapidement élevée dans les classements. En 2000 à Sydney, les Coréennes avaient un tel réservoir de talents que la championne des Jeux asiatiques Kim Jo-Sun et la championne du monde Lee Eun-Kyung n'avaient même pas été prises dans l'équipe.

Dans la compétition individuelle, Yun a battu le record du monde du match à 18 flèches dans son huitième de finale face à Alison Williamson, écarté la Russe Natalia Bolotova 110-105, puis battu sa coéquipière Kim Soo-Nyung, l'une des athlètes olympiques les plus décorées de tous les temps, de deux points en demi-finale.

(Kim était ensuite allée chercher la médaille de bronze en battant la Nord-coréenne Choe Ok Sil, permettant ainsi de garder les choses en terre Han et couronnant une carrière encore plus extraordinaire.)

En finale, Yun était à égalité avec sa compatriote Kim Nam-Soon après sept flèches, mais prenait le dessus de justesse dans les deux dernières volées, pour finalement remporter l'or d'un tout petit point, 107-106. Pour la deuxième fois dans l'ère moderne du tir à l'arc, trois athlètes du même pays se retrouvaient sur le podium individuel. Les Coréennes avaient déjà réussi ce même exploit en 1988.

S'exprimant cette année, Yun déclare: “Même si je participais à beaucoup de compétitions durant cette période, j'ai fait de mon mieux pour savourer chaque seconde malgré tout. En y repensant aujourd'hui, je ne sais même pas où j'ai trouvé le courage de fairre ça! Mais si je n'avais pas gagné, je me serais probablement remise au défi, encore et encore, jusqu'à ce que je gagne finalement une médaille d'or.” 

Deux jours plus tard, l'équipe féminine coréenne a écrasé les Etats-Unis, l'Allemagne et finalement l'Ukraine pour remporter l'or. À chaque victoire, au moins douze points d'écart!

Ce fut la domination d'une équipe féminine la plus écrasante de tous les temps.

Et cela signifiait que Yun avait réussi le doublé: l'or olympique en tir à l'arc individuel et par équipe lors du même événement, un exploit jamais atteint par trois autres athlètes seulement, toutes Coréennes.

 

En 2002, Yun remportait le titre par équipe aux Jeux asiatiques et, un an plus tard, devenait championne du monde individuelle à New York. Elle était tellement attendue à Athènes en 2004 qu'elle figurait même à la une de l'édition pré-olympique du magazine Time.

Bien que tombée malade pendant les mois crucieux de préparation, Yun se classait 3e de l'épreuve de classement et égalait son propre record olympique en 1/16e de finale, mais concédait une défaite inattendue face à Yuan Shu-Chi du Chinese Taipei en quart, dans des conditions de vent hostiles au Stade Panathinaiko.  

Frustrée, Yun s'est rendue directement sur le terrain d'entraînement, tirant seule jusqu'à la tombée de la nuit.

Quelques jours plus tard, dans l'épreuve par équipe, la Corée parvenait une nouvelle fois jusqu'en finale, pour affronter une équipe chinoise en forme et finalement l'emporter d'un tout petit point à la dernière de Park Sung Hyun, dans l'un des plus grands matches de tir à l'arc des Jeux Olympiques.

“La plus grande force du tir à l'arc coréen c'est de rester capable d'affronter la concurrence sans relâche, sans jamais relâcher la pression,” dit Yun.

Elle a encore gagné l'or mondial par équipe en 2005 et remporté des médailles lors d'épreuves de la Coupe du Monde en 2006 et 2007, mais n'est plus réapparue dans l'équipe olympique. Mais Yun n'a pas encore pris sa retraite, et entraîne des juniors.

“Je tire toujours. Ma carrière d'archère a été cyclique avec d'innombrables chutes à surmonter. J'ai fait l'expérience de tellement de choses au niveau technique et physiologique, et  j'espère que tout ce que j'ai vécu contribuera à ce que j'entraîne d'autres personnes à l'avenir,” she said.

Yun a obtenu un diplôme de maîtrise dont le sujet de thèse était Psychological Skills In Performance Archery. Elle a également été consultante pour les Jeux asiatiques 2014 à Incheon aux côtés de Ki Bo Bae

Elle conserve une profonde passion pour le sport.

“Le tir à l'arc va vous aider à développer une meilleure concentration. Mais vous serez exactement là où vous voulez être si vous aimez ce que vous faites et y prenez du plaisir, ainsi qu'en faisant toujours plus d'efforts,” Yun Mi Jin d'expliquer. 

“Ce que je veux atteindre c'est le bonheur. J'ai besoin d'être heureuse pour profiter de la vie, pour éveiller mes compétences, et me sentir vivante. J'aspire toujours au bonheur. La personne qui possède la confiance en soi la plus sincère est le vrai vainqueur.”

Athletes